Idées nature : un jardin sans eau, c’est possible

Idées nature : un jardin sans eau, c'est possible

Idées nature : un jardin sans eau, c’est possible

Et si, dans les années à venir, l’or bleu était rationné ? À l’heure où le développement durable est sur toutes les bouches, rencontre avec Clara et Olivier Filippi, pépiniéristes et créateurs d’un jardin expérimental de 4 000 m2, dont ils s’occupent sans arrosage, sans engrais et sans intrant chimique depuis trente ans.

 

Marie Claire Maison Méditerranée : Vous parlez de « jardin sec », entre minéral et cactées ?
Olivier Filippi : Non pas du tout, il est foisonnant à chaque saison avec une grande diversité de plantes comme dans la garrigue : arbousier, laurier tin ou pistachier entre autres pour les arbustes. Pour les plantes basses, on trouve souvent des romarins, du thym, des cistes ou des sauges arbustives. Dans notre jardin, les plantes acceptent des conditions difficiles, tels qu’un fort ensoleillement pendant de longues heures, les embruns, la résistance aux vents violents et desséchants et le manque d’eau.

Quel est l’intérêt concrètement ?
Économie d’eau, gain de temps car peu d’entretien, une faune riche à observer, et un jardin autonome pendant vos déplacements. Autre atout, il est beau toute l’année puisqu’il est surtout constitué de plantes au feuillage persistant. Il existe une diversité extraordinaire de textures et de couleurs de feuillages, avec lesquelles on joue pour personnaliser son jardin. Le jardin sec ne nécessite à terme qu’un entretien très limité. Un arrosage régulier sera nécessaire le premier été suivant la plantation pour permettre à la plante de développer ses racines. Ensuite, il suffit d’arroser environ une fois par mois en hiver et toutes les 2 à 3 semaines en saison estivale. Une fois la première année écoulée, la plante est capable d’aller chercher l’eau toute seule, comme elle le fait dans la nature. Le désherbage, lui, demeure le seul inconvénient majeur d’entretien car il doit être réalisé à la main. Nous suggérons donc de favoriser des plantes aux feuillages très couvrants qui étouffent les mauvaises herbes.

Idées nature : un jardin sans eau, c'est possible Idées nature : un jardin sans eau, c'est possible


Des exemples de plantes ?

Toutes celles adaptées au climat méditerranéen : en arbustes, je recommande le laurier rose, genêt d’Espagne, sauge d’Afghanistan. Le myrte commun (Myrtus communis) 3 x 3 m est un arbuste au port dressé, au feuillage persistant qui fleurit de juin à septembre avant de donner une fructification pourpre foncé. Mais aussi les plantes aromatiques, notamment celles à feuillage gris, à l’instar des lavandes. Les figuiers et la vigne sont des fruitiers qui résistent très bien au manque d’eau, tout comme les pins et les oliviers. Du côté des vivaces, retenez l’armoise, l’agapanthe, l’acanthe, et de nombreuses graminées.

Quels mariages privilégier pour créer de belles scènes végétales ?
Pour des massifs harmonieux, choisissez les plantes à feuillage persistant qui vont rester belles toute l’année, même en dehors des périodes de floraison. Les feuillages gris, argentés ou verts sombres permettent de créer une structure qui sert d’écrin aux floraisons. On peut ensuite choisir les plantes pour étaler les floraisons sur toute l’année. L’hellébore des garrigues fleurit par exemple à Noël, les cistes au printemps, les câpriers en plein été et les bruyères en automne. Dans mon livre Pour un jardin sans arrosage (Actes Sud) beaucoup de photos de notre jardin mettent en scène des végétaux en vente dans notre pépinière qui le jouxte.

Idées nature : un jardin sans eau, c'est possible Idées nature : un jardin sans eau, c'est possible


La meilleure période pour planter ?

À l’automne, le sol est encore tiède et la période humide commence, permettant ainsi aux jeunes racines de s’installer sans stress pendant plusieurs mois. Si le sol n’est pas assez drainé, il faut ajouter du sable et des cailloux afin que les plantes retrouvent un environnement proche de leurs conditions d’origine. Ensuite vient l’étape du choix des plantes. Dans le Sud comme à Paris, il ne faut pas se laisser enthousiasmer par une grosse et jolie plante, qui a sans doute été forcée à l’engrais. Mieux vaut choisir des sujets petits, touffus et compacts, qui s’ancreront plus facilement dans leur nouveau sol. Il faut prendre le temps de choisir des plantes adaptées au climat et au sol de sa région, et s’assurer de leur résistance au froid si l’on est en région froide.

 

Pépinière Filippi
RD613, 34140 Mèze, 04 67 43 88 69
jardin-sec.com
Vente possible également par correspondance et sur le site Internet, riche en informations et conseils pour créer un paradis écolo.

 

Par Dominique Navarre – photos DR

Share on FacebookTweet about this on TwitterGoogle+Share on LinkedInPin on Pinterest
Pas de Commentaires

Poster un Commentaire